Anecdote de voyages #2 : Vivre un séisme

Anecdote de voyages #2 : Vivre un séisme

Ma seconde anecdote de voyages concerne mon vécu d’un séisme en Turquie.
Le commencement

Cette histoire remonte à mon premier voyage en Turquie il y a plusieurs années. J’ai séjourné dans un hôtel charmant en bord de falaise aux environs de Bodrum. J’y suis restée deux semaines en tout. Les premiers jours se sont très bien passés. Mais, la dernière semaine, les secousses ont commencé…

Les 3 jours de frayeur !

Pendant le petit-déjeuner, on a commencé à ressentir des vibrations par à-coup pendant 5 à 10 minutes. On trouvait cela curieux surtout que la salle du petit-déjeuner était au rez-de-chaussée et qu’il n’y avait pas de sous-sol.

Un autre jour, on s’est rendues dans un souk très sympathique et joli. On déambulait tranquillement dans les allées, on discutait avec certains commerçants en sirotant un bon thé turc offert, on s’exaltait devant les épices et pâtisseries typiques…En résumé, on profitait pleinement de cette atmosphère conviviale et détendue. Mes amies m’attendaient à l’extérieur pendant que je regardais des objets artisanaux d’une petite boutique. D’un coup, le sol s’est mis à bouger violemment et intensément ! Par instinct de survie lol le vendeur et moi sommes sortis de la boutique à une vitesse folle ! Plein d’objets étaient au sol ! J’ai rejoint mes amies et nous étions tous très choqués ! C’est la première fois de ma vie que j’ai été confrontée à un séisme ! Les secousses ont duré peut-être 5 secondes.

On rentre à l’hôtel. On retrouve des personnes avec qui on avait sympathisé. Le sujet tourne autour de cet événement du jour. On est tous craintifs et nous pensons au pire. Nous nous demandons si l’hôtel a été conçu pour résister au mieux à un séisme comme beaucoup de bâtiments au Japon par exemple.

Les locaux tentent de nous rassurer en nous disant que l’hôtel est bien situé à flanc de montagne et proche de la mer. Cette situation géographique limiterait les risques. Je ne sais pas si ces affirmations sont justes mais une chose est sûre on ne peut rien faire contre ce qui nous est destiné de bon comme de mauvais.

La nuit tombée, On dîne tranquillement, on appelle nos proches pour expliquer la situation, leur dire qu’on les aime au cas où il se passerait un malheur, puis, on part se coucher. Nous arrivons malgré tout à trouver le sommeil. Être à plusieurs dans la chambre, ça rassure.

En plein milieu de la nuit, une grosse secousse frappe de nouveau. Comment vous dire… C’est un réveil très efficace mais effrayant. Je mets un peu de temps à me rendormir mais Morphée est venu m’envelopper de nouveau dans ses bras douillets.

Le lendemain, on descend prendre notre petit-déjeuner et mes amies vont se prélasser sur les transats de la piscine avant qu’ils soient pris d’assaut. Moi, je remonte dans la chambre pour prendre ma douche et me reposer tranquillement devant la TV. Je finis de me laver, je sors de la douche et rebelote, un nouveau tremblement de terre pointe le bout de son nez !  La sensation est tellement impressionnante ! Le sol bouge, les murs tremblent, on est balancé dans tous les sens ! On est vraiment maître de rien. On subit l’action sans pouvoir faire grand chose…Cela nous dépasse complètement. Je suis restée un peu tétanisée pendant quelques minutes. Quand je suis sortie de cet état, je me suis habillée en deux temps trois mouvements et j’ai rejoint mes amies à la piscine.

On apprendra par la suite que l’épicentre du séisme se trouvait à plusieurs kilomètres de Bodrum. Il a engendré de nombreux dégâts et morts. Dieu merci, à Bodrum et ses alentours il n’y a rien eu de grave. On a pu rentrer sain et sauve en France.

La moralité 

Quand on dit qu’il faut profiter de chaque instant de la vie, c’est VRAI ! En vivant ce genre d’expérience, on comprend qu’on est réellement à l’abri de rien et que tout peut basculer du jour au lendemain. On apprend ainsi, à se donner les moyens d’atteindre ses objectifs pour ne pas avoir de regrets, à oser dire ce que l’on a à avouer à une personne qui nous est précieuse, à être plus fort, à apprécier ce que l’on a déjà car tout peut disparaître en un battement de cils.

J’adresse une pensée aux personnes ayant tout perdu ou péri dans un séisme et à leurs proches pour supporter cette épreuve.

Il est important, également, de donner un peu de son bien à ceux qui vivent ce genre de tragédie ou la pauvreté, afin de les aider à subvenir à leur besoin et rebâtir leur vie. Beaucoup d’associations sont actives dans les pays où les personnes sont en détresse. Agissons comme on aimerait que les gens agissent envers nous si un malheur nous touche. Encore une fois, personne n’est à l’abri de rien.

Faites des dons ! L’aumône ne diminue pas les biens et apporte des bénédictions.

Et vous, avez-vous déjà été confrontés à un séisme ou autre phénomène naturel dangereux ?

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *